Pont de Mantes

Le pont de Mantes

          Le pont de Mantes immortalisé par Corot en 1868, serait l'un des ponts les plus anciens de France. Ce pont qui compte 12 arches, fut partiellement détruit par le génie militaire Français en 1940 qui a fait sauter 2 arches pour retarder la progression de l'armée Allemande. C'est le vestige d'un ancien pont qui comptait 37 arches en 3 parties non alignées et qui reliait Mantes à Limay. La construction de ces édifices remonte au XII ͤsiècle .

 

  

          Le litige sur la propriété du vieux pont de Limay fut tranché le 19 mars 1923 par une décision ministérielle qui l'attribua à Mantes.

 Sur cette image l'objet du litige

          Cette histoire, que je vais tenter de vous raconter, est bien compliquée. Il faudrait remonter aux origines de la ville , mais soyons modestes, nous nous contenterons de regarder les évènements qui sont les plus proches de nous.

         Mais avant de regarder de plus près ce qui nous intéresse, quelques dates retrouvées ça et là sur les documentations que j'ai pu réunir.

          C'est bien avant la construction du nouveau pont par Perronet (1758 - 1765) que Mantes était reliée à Limay par un pont.

 Sur cette image le pont qui reliait Mantes à Limay

          - Au XI ͤͤsiècle, Philippe 1 er ordonne que le pont soit refait

          - En 1360 Philippe VI lève un impôt pour y faire des réparations.

          - Mantes considérée comme point stratégique fluvial, les fortifications aux extrémités en démontrent l'intérêt, Charles V intègre les ponts dans son programme de fortifications de la ville

          - 1521 Denis Grimaut refait le pavage du pont de Limay

          - C'est vers 1598 que l'on commença à détruire le pont coté Limay, il fut remplacé par un pont de bois

          - Ces constructions précaires, durent leur salut à l'influence de Sully qui en 1613 les fit refaire en pierres de taille. 37 arches, 600 pieds (pied environ 30 cm) de long, 16 pieds de large, fermé et fortifié par 3 portails, pont levis, herse à trébuchet et barrière (dispositif fortifié placé à une porte pour en défendre l'entrée).

 

          - En 1652 le Duc de Sully se voit signifier par Louis XIV de barrer la route au Duc de Nemours avec la possibilité de rompre plusieurs arches de pont. Mais, Nicolas Fournier refuse, sous un prétexte commercial, ce qui permit aux troupes ennemis d'entrer dans la ville.

          - En 1698 R. Villede et S. Bruand, maîtres généraux des œuvres de maçonnerie et charpente préconisent des opérations de maintenance importantes.

          Nous voici arrivés à l'histoire, proche de nous, sur les ponts de Mantes

          Jusqu'en 1756 (environ) un pont de 12 arches reliait Mantes à l'île de Limay, mais celui-ci n'était pas adapté à la circulation fluviale de l'époque. La plus grande des arches n'avait que 10 mètres d'ouverture alors que les bateaux qui circulaient allaient jusqu'à 9 mètres de bord.

 Sur cette image nous voyons en second plan l'ancien pont avec ses petites arches 

          Ces constructions en ont subit des aléas. Variations de climat, en 1711 et 1740 la Seine est venue passer au dessus de ces ouvrages, mais en 1719 elle était si basse que par endroit il n'y avait pas d'eau. En 1755, le printemps a été aussi beau que le mois d'aôut toutes les cultures étaient en avance, mais le 20 avril, catastrophe, le froid est revenu comme en hiver. Le pont a également été emporté par les glaces (en 1325 mais ce n'est pas la seule année). Que penser de ces gens, ouvriers dans les cultures qui subissaient ces intempéries. A notre époque avec nos prévisions météo, notre avance technologique, nous pleurons à la moindre dérive du temps! Mais ce ne sont pas les seuls outrages qu'ont eu à subir ces constructions, il y a eu les guerres, les complots, et tout simplement l'érosion .

 Sur cette image nous voyons la crue de 1910

 

Sur cette image nous voyons le pont détruit lors de la dernière guerre

          C'est sous le ministère de Trudaine que fut décidée la reconstruction de ces ponts. L'adjudication fut ordonnée le 3 aout 1756, mais le début des travaux a été retardé par la guerre. Bien sûr cette construction faisait l'objet d'un programme fabuleux, gigantesque (voir le plan ci dessous), mais qui n'a pas pu se concrétiser.

          

          La première partie, "pont neuf", fut commencée en 1758 (ou 1757 suivant Perronet, les dates divergent suivant les auteurs). La construction audacieuse fut dirigée par Hupeau puis Perronet au décès de Hupeau. L'assèchement se fait par un système de 2 roues, l'une est actionnée par le fleuve tandis que l'autre vide la zone de travail. Le pont était constitué de 3 arches, la plus grande mesurait 38 mètres, les deux autres environ 35 mètres, le coût de cette construction a été de 612000 livres. Ce pont partait de la porte aux images à Mantes jusqu'à l'île Champion, (île de Limay englobée dans l'île aux Dames). La construction a été arrêtée en décembre de cette même année suite à la montée des eaux, puis reprise en mai de l'année suivante, arrêtée en 1759 puis reprise en 1763. La réception des travaux fut prononcée en 1765. La démolition de l'ancienne construction fut achevée en 1766. Madame de Pompadour ,en 1760, traversa cet ouvrage, ce qui donnera lieu à ce commentaire

                                  Son pont hardi a supporté

                                  Le plus lourd fardeau de la France

                                                        

                                         

                                                                           

          En septembre 1870, pour arrêter l'avancée de Prussiens on ordonna la destruction d'une arche. Mais, compte tenu de sa conception, il s'effondra. Il sera restauré et remis à la circulation en 1874

          La seconde partie , le pont Fayolle du nom de l'ingénieur qui l'a construit. C'est en 1730 que commencèrent les travaux, un pont en bois a été installé entre Limay et l'île Champion , les travaux importants ,modification des arches, et élargissement de la chaussée feront que la fin de la construction se situera en 1745. Il était composé de 13 arches traversait les îles aux Chevaux, Poirée, et Limay, cette partie était marécageuse (L'île Champion, maintenant île aux Dames, est composée de l'île de Limay, aux Chevaux, du Poré). Cette construction sera démolie en 1845. Le pont actuel qui arrive à Limay, et que nous empruntons régulièrement, a été construit en 1855.

          Enfin le vieux pont de Limay, avec la maison du passeur (Construction X et XII, est privée, la porte, élément protégé, est classée 15 juin 1923)(cette maison est construite sur une partie de l'ancienne loge des Potiers) qui arrivait à Limay ou s'élevait une forteresse qui s'appelait porte des Moulins ou Loge des portiers (cette construction est disparue en 1745).

                                                             

                                             

                                                             

         Ce pont qui relie Mantes à Limay supportait des moulins (le dernier s'effondrera en 1871) ,pêcheries, c'était un lieu très animé.

 

          Voilà, c'est une nouvelle information du "Mantes ancien", ce document pourrait être bien plus complet, remonter plus loin dans le temps, être étayé de beaucoup plus d'images, mais j'espère que cette synthèse est suffisante à faire connaître l'histoire des ponts entre Mantes et Limay.

              Mise à jour du 07/11/2013:Du nouveau sur ce magnifique pont Perronet immortalisé par Corot. La ville de Mantes la jolie envisage de relier Limay à Mantes la Jolie par une passerelle. Dans le cadre de l'étude archéologique 2 arches ont été mise à jour sur l'île de Limay. 

                           mantes-la-jolie-07-11-13-1.jpg mantes-la-jolie-07-11-13-6.jpg mantes-la-jolie-07-11-13-2.jpg

 

4 votes. Moyenne 3.75 sur 5.

Commentaires (5)

1. POTREL Mylène 09/11/2013

C'est très intéressant!! Je n'imaginais pas que ce pont était si vieux et qu'il avait une si grande histoire!

2. lammc (site web) 08/11/2013

Aurelien,
Vous avez entièrement raison, je suis resté sur l'immortalisation par Corot. J'ai corrigé. Merci d'avoir pris quelques instants pour me relire et surtout me corriger. Cordialement

3. jaqueline lefrancq 08/11/2013

Merci à toi pour ces toujours très intéressantes chroniques.
L'Histoire me passionne et je suis toujours émue lorsque je peux voir de telles réalisations et je me dis que peut être un de mes ancêtres y a participé ! On peut rêver, il faut rêver...

4. Aurélien Coudurier (site web) 07/11/2013

Bonjour,
La découverte des deux arches du pont est une excellente nouvelle, et j'espère qu'elles seront mises en valeur, et d'ailleurs, peut-être y en a-t-il encore d'autres sous terre.
Mais je me permets de vous informer d'une erreur qui s'est glissée dans votre article: les photos du pont détruit sont en fait celles du pont Perronnet (identifiable ne serait-ce que grâce à sa position par rapport à la maison des Arquebusiers), détruit pendant la guerre de 1870.
Cordialement

5. Evelyne, Tout Simplement.. (site web) 07/11/2013

Article très intéressant ! Nouvelle arrivée à Mantes-la'Jolie et passionnée par le patrimoine, j'apprécie votre page.. Merci !

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 08/11/2013