Mantes ville Fortifiée

   Mantes la Jolie et ses fortifications

 

 

           Mantes est apparue très tôt comme une ville de commerce et d'échange, elle a également joué un rôle important et stratégique de part sa position sur la Seine. Au cours de la guerre de 100 ans Mantes représenta un enjeu majeur elle fut très convoitée par les Anglais. Afin de préserver la ville des envahisseurs, des fortifications furent construites, elles formaient une ligne de défense le long de la Seine, ces fortifications étaient jalonnées de petites portes et de tours. De nos jours il ne subsiste pratiquement plus rien de ces remparts. Bien que fortifiée la ville de Mantes a été ravagée au cours des siècles.

1087 par Guillaume le Conquérant

1365 par Bertrand du Guesclin

 et en 1944 par les escadrilles Anglos / Canadiennes

C'est cette histoire que je vais essayer de vous raconter dans ce second chapitre.

          De nos jours subsistent la porte au prêtre et l'échauguette sur quelques longueurs de remparts (elle est inscrite à l'inventaire des monuments historiques depuis 1955) , dans le square Gabriel d'Estrées de beaux vestiges des remparts, la porte chant à l'oie, la tour St Martin, c'est l'unique tour qui subsiste de l'ancien rempart, la porte des comptes à proximité de la collégiale, elle se situe à l'emplacement de l'ancien hôtel dieu. Quelques rues sont également à signaler: Rue de la Sangle (enceinte en latin) Au moyen âge cette rue était sur le tracé de l'une des 2 grandes voies qui reliaient Paris à la Normandie et la rue du fort qui hébergeait ,dans des abris ouverts, les marchands ambulants. Un escalier "les 60 marches" relie la rue du fort à la place du château.

          Les fortifications ont commencées aux environs du X ième siècle par la construction de tours de défense ,en pierre de Vernon,, les chemins de ronde sont à cette époque en bois, mais l'évolution des moyens d'attaque conduit vers le XII ième siècle à remplacer ces chemins de bois par des chemins de pierres, pierres qui sont de qualité plus ou moins bonne, extraites dans notre région qui a un sous sol calcaire.

          Les points importants de défense de la ville sont : La motte castrale (ouvrage de défense médiéval) occupait (occupe toujours) le point le plus élevé de la ville. La motte se situe rue du cloître Notre Dame

            Ce que nous voyons de nos jours:

 

            A partir du règne de Charles V les fortifications de la ville formaient une ceinture continue dans laquelle s'ouvraient 9 portes. Nous allons faire le tour de ces fortifications en commençant par:

          La porte de Rosny: Elle fut réédifiée au 13 ième siècle, bâtie entre 1313 et 1315, cette construction fut démantelée en 1615 et totalement détruite ,sur ordre du roi, en 1739. Cette construction massive était composée de 2 fortes tours rondes et un vaste corps de bâtiment. (en 1998 des travaux sur la place de la République on permis de mettre à jour les vestiges de la salle basse de cette porte. Il fut décidé de conserver ces vestiges et d'en matérialiser le tracé par des pavés différents. Visibles à l'emplacement du parking St Jacques) La citadelle de cette porte aurait été détruite le 29/04/1615 sur ordre du duc de Rosny, ce qui aurait permis à Mr de Bérauville, sur ordre du Roi, de prendre toutes les armes de guerre et les porter à l'arsenal de Paris

            Ce que nous voyons de nos jours:

                                                   

          La porte aux Saints: Un rempart la reliait à la porte de Rosny sur ce tronçon s'élevait un bastion nommé Tour Grillée (situé à l'emplacement actuel du square Brieussel). Cette porte était également appelée porte de Chantereine ou Chartraine , elle fut bâtie au XIII ième siècle, transformée au XIV ième siècle où on lui ajouta un pont levis. C'était l'accès incontournable de tous ceux qui arrivaient de l'Est. C'est par cette porte que le 7 avril 1364 Bertrand Duguesclin est entré dans la ville pour la libérer. Elle fut démolie en 1818. La porte aux Saint se trouvait sur les numéros 41 et 48 de cette même rue, le ravelin était lui à l'emplacement de l'actuel parking du magasin Aldi, quelques restes subsistent rue des pèlerins

 

          La tour Saint Martin (2): Les Bourgeois la livrèrent aux Français de Dunois et de St Pol après en avoir chassé les Anglais en 1449. Cette tour existait au XIII ième siècle, elle fut remontée sur ordre du roi de Navarre. Bien que classée monument historique, située sur une terrain privé, elle continue de se délabrer, visible dans la cours des magasins Pazery Vautier rue des Martraits

                                                              

          La tour Berault: ou tour Poterne: Cette tour fut détruite après la seconde guerre mondiale. Elle était reliée à la tour St Martin. Cette construction se situerais entre les rues d'Arnouville et des Martraits 

 

          La tour Courte branle: Appelée également Fourcret ou Pasquin

          La tour Courtet:

          La porte des Cordeliers: Les Cordeliers étaient établis hors des murs de la ville, ils demandèrent à Louis IX ,en 1265, le percement d'une porte afin qu'ils puissent accéder facilement en ville. Cette porte s'est également appelée porte basse ou porte des tanneries. Elle fut démolie en 1739 à la demande du Roi. Cette porte se situerait au bas de la rue de la Sangle, à cet emplacement avait été construit un moulin.Les restes du ravelin des Martraits sont visibles dans la rue du même nom

         Tour St Nicolas : Elle s'appelait également Château Fétu .cette tour fut entièrement détruite en 1845. Cette construction se situerait à l'emplacement de la maison qui fait l'angle quai des Cordeliers et place Hèvre

          Ce que nous voyons de nos jours:

                                                               

        Echauguette des cordeliers: Cette échauguette fut construite au XIII ième siècle

                                                              

 Ce que nous voyons de nos jours:

                                                            

          La porte au Prêtre: Elle fut bâtie au XIII ième siècle c'est la seule a être conservée, elle était également nommée porte sous le châtel compte tenue de sa position, elle devint porte au prêtre (1421) en commémoration d' un prêtre qui en 1421 aida les habitants à reprendre la ville aux Anglais. En 1845 d'importants travaux de construction des quais causa le remblaiement d'une partie de cette porte lui donnant l'apparence d'une porte basse. Une maison fut bâtie au dessus de cette porte. Vous pouvez toujours admirer cette porte quai des Cordeliers

                                                                    

                    Ce que nous voyons de nos jours:

                                                    

          La tour de Ganne: C'est le donjon du château de Mantes elle a été construite par les Normands vers 1006. Ce donjon carré de 5 étages avec des planchers en bois. Cette tour s'est effondrée en 1710, cet éboulement a nécessité la construction d'un mur de soutènement. La Tour de Ganne se situerait rues du Fort et des Tanneries

                                                                 

                                 Ce que nous voyons de nos jours:

 

          La porte du pont bâtie: Egalement appelée porte aux images, construite vers 1365. Cette porte donnait sur le pont de Mantes Limay, pont qui d'après E. Saintier, serait l'un des plus anciens de France (fera l'objet d'un prochain chapitre) Ce pont se posait à l'emplacement du square A. Simond

 

          La porte de Rosny et la porte du pont étaient les 2 principales entrées de Mantes.

          Porte au Plus ou porte aux poissons ou aussi porte de l'Etape (2) : Elle était le repère des arquebusiers ce qui lui valu le nom de "maison des Arquebusiers" .Cette construction fut touchée mais non écrasée par les bombardements du 30 mai 1944. Elle se situait à l'emplacement de la construction sur la droite en sortant du pont à l'entrée de Mantes

                                                                           

                                  Ce que nous voyons de nos jours:

 

          Porte de à Eslo : Cette porte était également appelée porte aux Ormeteaux ou porte à l'eau

          Porte à Baudet: Appelée également porte des plâtrières

          Le Château St Roch :Appelée également Tour St Roch ou Tour à Masson était un énorme bastion demi circulaire, sa base donnait dans la Seine

 

          Porte Chant-à-l'oie: Tour carrée, cette porte serait la plus ancienne de Mantes, elle fut réparée par ordre de Henri IV (1590). Construite au X ième siècle. Elle a vu de nombreuses évolutions au cours des différentes époques. Les vestiges sont encore visibles à l'entrée du square Gabrielle d'Estrées, Le passage en pavés qui traverse la rue matérialise le tracé des remparts .Elle fut détruite ,sur ordre du roi, en 1739

                  Ce que nous voyons de nos jours: 

                                                    

          Tour Grise (2): En 1925 lors de travaux de consolidation de maisons, les vestiges d'une ancienne porte (construite en 1739) ont été mis à jour, à peu de distance de cette porte un grand ravelin (Elément de défense situé en dehors de fortifications, ils sont soit de forme triangulaire ou en demi lune, à Mantes nous trouvons encore la trace de 4 ravelins) ) se trouvait un éperon (rue de Guernes)Le 9 septembre 1961 lors de travaux de terrassement ,l'infrastructure circulaire de l'ancienne tour grise vit le jour (rue de Guernes dans le prolongement de la tour St Roch et de la porte Chant-à-l'oie). Dans cette tour 4 couloirs débouchent (dans un prochain chapitre "les souterrains de Mantes") Elle se situerait sur le parking privé de la résidence du quai de la tour, rue de la brasserie St Roch

                  Ce que nous voyons de nos jours:

 

          En remontant sur la porte de Rosny on croise:

          Brayant (rue d'Alsace) tour de défense

          Haute bruyère ou tour de la Truie qui file ou Trouye qui file (Rue de Chanzy) tour de défense, il subsiste quelques quelques vestiges du rempart

 

         La tour neuve

          Le château (fera l'objet d'un prochain chapitre) qui était également entouré de fortifications, était accessible par une porte élevée au bas de la rue Montéclair c'était la porte Montéclair et rue du Fort nous retrouvions la porte du Fort. Les restes de l'enceinte du château sont toujours visibles rue des Tanneries et rue de la Heuse ou l'on retrouve l'escalier des "60 marches" .

                          Ce que nous voyons de nos jours:

 

         La porte des comptes, elle doit son nom à la chambre des comptes qui étaient établis en 1285 à l'emplacement de l'ancien Hôtel Dieu. Elle est toujours existante et visible sur le parvis de la collégiale à gauche en la regardant

Pour une réelle découverte de ce qui reste des fortifications, une promenade s'impose dans le square Gabrielle d'Estrées. En ce lieu reconstitué dans les années 1960, on retrouve un résumé , murs, fortifications, fossé, ravelin,

            Ce que nous voyons de nos jours:

 

(2) La tour St Martin, la tour Grise, et la porte au Plu sont de la même époque de construction.

          Quelques images des plans de Mantes

 

 


Agrandir le plan  de Mantes la jolie de nos jours

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. Lessertois 17/11/2012

Merci d'écrire : Mantes ville fortifiéE !

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 03/10/2014