La Roche Guyon

La Roche Guyon

      * Pour le plaisir, j'ai inséré dans le texte quelques lithographies de A. Maugendre, ces reproductions sont issues des archives de Mantes la Jolie et comportent des restrictions d'utilisation.     

 

                                                     Ch 15 fi 8 0061

            La Roche Guyon, petit village paisible, on y arrive en venant de Mantes la Jolie par une agréable route longeant les méandres de la Seine. Pour stationner, pas de problème, un immense parking sur la gauche après avoir passé le château.

                                          Vall Ch Ch 

                                                       15 fi 8 0066 15 fi 8 0065 15 fi 8 0067

15 fi 2 0219

           Et de là vous pouvez visiter la ville, les bords de Seine, le magnifique potager et fruitier et bien sûr le château. Une fois sur le parking prenez à droite vous découvrirez d’un promontoire un très joli point de vue sur la Seine et les coteaux calcaires de cette jolie vallée, un portail s’ouvre sur le potager/ fruitier décoré et garni au fil des saisons. La culture sur ce terrain de 4 carrés composés chacun de 8 triangles de 250 m2 est, bien sûr, garantie sans traitement, les légumes, les produits transformés sur place sont vendus à la boutique du château. Ce jardin d’environ 3,5 ha est classé monument historique en date du 06/01/1943, sa création remonte au XVIIsiècle. Il a également reçu le label de « Jardin Remarquable » attribué par le ministère de la culture.

                                                             Fete Ch

             La Roche Guyon est le seul village d’île de France à faire partie des « Plus beaux villages de France ». Il se découvre à travers ses « charrières» (ruelles avec une forte pente) où l’on peut y admirer quelques jolies maisons, quelques unes sont à pans de bois, d’autres sont prolongées de « boves » qui sont des cavités creusées dans les falaises et qui ont servies d’habitations troglodytes (et le sont encore pour quelques unes), d’entrepôts pour le vin, d’étables, de salpêtrières ou nitrières (lieu de production de salpêtre pour la fabrication de poudre noire. En activité jusqu’à la fin du XIXe).

                              La La La La

                                                La La La

              L'hôtel de ville et le marché couvert sont installés dans la halle seigneuriale, cette jolie construction en pierre et poutres de bois date de 1847 elle est inscrite aux monuments historiques le 18 juin 1846, à l'arrière le grenier à sel, appelé "La Gabelle" par les habitants du village, est un édifice de 1847 il abrite le syndicat d'initiative.

                                     La La La La

          La fontaine monumentale inaugurée en 1742, elle aussi inscrite aux monuments historiques en date du 8 septembre 1965, c'est un monument imposant. Décorée par le sculpteur Jamay et dessinée par Villars, elle servait pour alimenter le château en eau. On ne peut que déplorer que le stationnement soit autorisé si près de ces constructions. 

                                                   La La La La

                                            15 fi 8 0062 15 fi 8 0063 15 fi 8 0064

               La première église a probablement été édifiée dans l'enceinte du château, mais elle est détruite au début du XVe siècle puis reconstruite à partir de 1404 à l'emplacement actuel. L'église St Samson (Il est l'un des 7 saints fondateurs de Bretagne, il était originaire de la ville de Dol de Bretagne), inscrite aux monuments historiques le 4 juin 1926, est une construction simple à l'extérieur à l'exception d'une magnifique porte en bois sculptée.

                                           La Ch Eglise Eglise

      Pour ce qui est de la visite de l'intérieur, nous avons reçu l'aide du secteur pastoral du Vexin qui nous a donné les coordonnées d'une très sympathique personne, nous la remercions de nous avoir consacré une partie de son temps pour nous faire visiter et nous expliquer la vie de cet édifice. L'intérieur mériterait un "petit coup de restauration" mais si l'on fait abstraction des dégradations liées au temps qui passe, aux guerres, au manque d'entretien et que l'on ne regarde que l'aspect global, elle est jolie, elle devait être magnifique. Tout d'abord une évolution de style ou l'on passe du gothique flamboyant au style renaissance, des peintures couvrent l'ensemble des murs,  une statue en marbre de François de Silly (propriétaire du château au XVIIe) , les reliques de Saint Samson sont exposées dans un coffre de verre, des vantaux de bois sculptés, de nombreuses statues colorées, le christ sur sa croix et à ses pieds la vierge Marie et St Jean. Ils semblent en bois brut mais elles auraient été en polychrome et "nettoyées" de leur jolies couleurs lors d'une restauration (sur le coté de la vierge subsiste quelques traces de ces couleurs. Quatre chapelles ont été ajoutées au XVIIIe, la baie du chevet a été obstruée pour l'installation d'un retable vers la fin du XIXe

                                       Eglise Eglise Eglise Eglise

                                                                     Eglise Eglise

                                                             Eglise Eglise

                                                                      Eglise Eglise

Eglise

                                   Eglise Eglise Eglise Eglise

       Un pont suspendu avec un tablier de bois, ce moyen de passage sur la Seine était payant, construit en 1837 en remplacement du bac existant. En 1876, une tempête retourna le tablier, en 1882 on envisagea de le remplacer  mais ce n'est qu'en1914 que commença le démontage dans le but d'en reconstruire un nouveau mais les travaux furent rapidement arrêtés (pour les raisons que l'on connait) ce n'est qu'en 1932 que la construction de ce nouveau pont en arc et tout en béton a pu reprendre. Inauguré en 1935, il fut détruit par le génie Français le 9 juin 1940. Il ne reste de cette construction que la rampe d'accès au tablier.

                       15 fi 8 0068      

                           La La La La

           Le château de la Roche Guyon (classé au titre des monuments historiques par liste en 1862, son aile latérale est classée au titre des monuments historiques le 06/01/1943), partiellement troglodyte (1) semble s’incruster dans cette falaise de craie. A l’origine ancienne forteresse avec son donjon (2) s’est transformée au fil des décennies pour devenir cette construction étrange et particulière avec ses multiples styles. On y accède par l’entrée monumentale (3). De là on va découvrir au fil de la visite, la tour carrée, les herses et les assommoirs, la salle des gardes. Une série des salons décorés de jolis vitraux, ainsi que de beaux plafonds décorés, des tableaux, une bibliothèque (avec de faux livres !), un mobilier très succinct, quelques pièces troglodytes. Puis on attaquera la montée au donjon  fortifié par un escalier, souterrain et très peu éclairé. 250 de marches taillées dans la craie vers 1190, de hauteur très inégale, un passage à découvert nous laisse admirer de jolis points de vue sur cette magnifique vallée, sur les toitures du château avec leurs tuiles de bois. Lors de l’ascension quelques salles troglodytes dont un pigeonnier. Après cet effort la récompense de découvrir du haut de ce donjon la beauté de la vallée de la Seine, les jardins du château et, bien sûr, ce donjon avec ses équipements, ses « sanitaires » encore très bien conservés. A la redescente, nous passerons par les chapelles troglodytes, le chemin de ronde couvert, un réservoir d’eau douce de 6138 hl alimenté par un aqueduc de 3500m de longueur construit en 1742. Arrivé dans la cour, sur la gauche le pavillon de l'orloge. En ressortant du château, dans la cour des écuries, on admire les belles écuries ou se tiennent chaque année un marché aux fleurs.

           Comme Rouen en janvier, Vernon et Mantes en février, la ville sera occupée par les Anglais en 1419, puis au cours de la seconde guerre mondiale le château sera occupé par l’état major de l’armée allemande. Rommel y fera creuser et aménager des casemates. L’armée allemande évacuera le site le 18/08/1944, les alliés viendront frapper la ville de 64 bombes et le château de 8 bombes le 25/08/1944 causant d’énormes dégâts. En 1987, la duchesse de la Roche Guyon née Marie-Louise Lerche, seconde épouse et veuve du comte Gilbert de la Rochefoucauld, fait vendre aux enchères le mobilier, la décoration et la bibliothèque du château.

                                     (1) Ch Ch Ch

                               (2) La Ch (3) Ch

  ** Pour les autres images consulter le diaporama

             Le retour peut se faire par la petite route qui longe la Seine jusqu’à Bennecourt et prendre le pont pour retourner rejoindre l’autoroute. Mais elle peut aussi (je dirais presque, surtout) se faire par la route des crêtes (D100) et, des hauteurs, ainsi continuerez à découvrir la vallée de la Seine, de nombreuses aires de stationnement vous donnent la possibilité d'admirer ces magnifiques points de vue. Et peut être aurez vous la chance d’avoir soit un magnifique couché de soleil sur la Seine, ou une brume donnant un aspect surréaliste.

                             Vall Vall Vall Vall

                            La Ch Ch Ch

             Pour ceux qui aiment le détail, j’ai trouvé le document de Guy le Bouteillier très intéressant : Accès au document 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 28/11/2016