Escapade en Ariège

Escapade en Ariège

          Cela avait commencé par une pause sur une très jolie aire de repos sur l'autoroute du soleil, bon je n'ai pas noté le nom !

                                                          autoroute-1.jpg autoroute-2.jpg

        Puis sortie juste après Noé, petite ville très sympathique que nous connaissons bien, pour suivre la Garonne et trouver un petit coin pique nique. Ce sera sur les quais de Cazères sur Garonne que nous jetterons notre dévolu. Un joli parking, une zone ombragée, un banc de granit posé sur les quais face à une étendue d'eau formée par la retenue de Lariboulette (centrale hydroélectrique EDF). Un petit coin reposant. Pour digérer nous gravirons les quelques marches qui nous conduisent dans le centre de cette ville. Surprise pour nous, c'est tout simplement très mignon, nous arrivons sur une petite place, un abri, un tombeau, nous faisons le tour pour arriver devant l'église Notre Dame construite au XIIIe siècle et classée MH en 1926, à l'intérieur résonne un orgue. Sur la place une jolie construction métallique, probablement un marché couvert, un lavoir…. etc mais nous sommes pris par le temps alors à notre prochain voyage nous programmerons un arrêt découverte de cette agréable citée.

                                                         cazeres-6.jpg cazeres-8.jpg

                              cazeres-7.jpg cazeres-2.jpg cazeres-5.jpg cazeres-4.jpg

                                                         cazeres-3.jpg cazeres-1.jpg

        En fin d'après midi, nous arrivons à notre "camp de base" chez nos amis GGC à Caumont. C'est une petite commune (310 habitants) de la région Midi Pyrénées, ce sont les portes du Couserans, traversée par la rivière Le Salat et les ruisseaux de Taurignan Castet et du Guélanelle est située à proximité de St Giron. Quelques particularités de ce village, son église St Barthélémy construite au 18e  siècle (1778)  son joli clocher à bulbe (il n'y en aurait que 2 en Ariège)  et, parait il, son autel en marbre polychrome que nous n'avons pas pu voir (elle est fermée), il y a également les ruines du castrum qui sont situées au lieu dit Le Plech, ce sont les ruines d'une forteresse qui aurait eu 47 pièces et un donjon, l'origine est mal connue (XIIIe) mais la construction était curieuse et fort rare.

                                         caumont-3.jpg caumont-6.jpg caumont-5.jpg

                                         caumont-2.jpg caumont-1.jpg caumont-4.jpg

       Nous visiterons, St Girons capitale du Couserans, pays Gascon aux 18 vallées. St Girons, situé en contre bas de St Lizier (nous y reviendrons), Son église de 1857, l'église St Vallier, son portail du XII e siècle et son clocher fronton, le château des vicomtes du Couserans qui a renfermé une prison, la médiathèque y est maintenant installée. Mais St Girons c'est aussi  ses marchés colorés, animés et très prisés des locaux et des touristes. A noter certains commerces typiques dont une jolie librairie. Cette petite ville tranquille est traversée par deux torrents le Salat et le Lez, elle ne laisse pas indifférent le visiteur qui s'attardera sur le bord du Salat pour admirer ce torrent.

                          saint-girons-8.jpg saint-girons.jpg saint-girons-20.jpg saint-girons-9.jpg

                       saint-girons-15.jpg saint-girons-6.jpg saint-girons-5.jpg saint-girons-4.jpg

                           saint-girons-3.jpg p1040203.jpg saint-girons-1.jpg saint-giron-a.jpg

                       saint-giron-a-4.jpg saint-giron-a-3.jpg saint-giron-a-1.jpg saint-giron-a-2.jpg

saint-girons-7.jpg

        St Lizier, fait partie des "Grands Sites Midi Pyrénées", c’est une petite ville très riche en histoire, pour preuve nous avons dû passer deux jours (journées du patrimoine) pour faire la visite et je suis persuadé que nous n’avons pas pu tout voir. C’est le plus ancien évêché du département de l’Ariège. Mais pourquoi St Lizier ? Ainsi appelée cette commune doit son nom à Lizier de Couserans, évêque canonisé qui participa au concile d’Agde en 506.

                                                         saint-liziers-sur-les-hauteurs-4.jpg saint-liziers-sur-les-hauteurs-1.jpg

         Ancienne cité gallo-romaine fortifiée, les fortifications de formes elliptiques se développent sur environ 750m sur une hauteur de 4 à 6 m. Elle abrite dans l’enceinte de l’hôtel Dieu une magnifique pharmacie du XVIII e avec ses bouteilles et bocaux en verre soufflé à la bouche, ses pots en faïence, la table d’opération en marbre et les instruments chirurgicaux (on ne regrette pas d’avoir évolué dans ce domaine) le coin lavabo, le mobilier en bois fruitier qui occupe toute la pièce, construit en parfaite symétrie. Le guide nous expliquera les recettes de l’huile des petits chiens, de l’élixir de longue vie ou encore le vinaigre des 4 voleurs. A l’extérieur un jardin en cours qui sera planté de plantes médicinales.

                                                  jdp-st-lizier-22.jpg jdp-st-lizier-17.jpg jdp-st-lizier-15.jpg

                                                  jdp-st-lizier-14.jpg jdp-st-lizier-18.jpg jdp-st-lizier-11.jpg

                                                   jdp-st-lizier-9.jpg jdp-st-lizier-16.jpg jdp-st-lizier-10.jpg

                                                       jdp-st-lizier-19.jpg jdp-st-lizier-13.jpg

        L’église romane, maintenant cathédrale, construite au XIVe avec son clocher octogonal en brique Toulousaines. Cette construction très riche principalement pour ses peintures (il y aurait Marie qui allaite) ses fresques  romanes de cœur et de l’abside, mais également son  décor (composé de 2 registres) un christ impressionnant, ses vitraux et son orgue qui a été rénové et sur lequel on a remplacé la soufflerie à plis parallèles par une soufflerie à 2 soufflets

                                            jdp-st-lizier-31.jpg jdp-st-lizier-20.jpg jdp-st-lizier-7.jpg

                      jdp-st-lizier-3-10.jpg jdp-st-lizier-3-9.jpg jdp-st-lizier-3-2.jpg jdp-st-lizier-3-1.jpg

                                  jdp-st-lizier-2-23.jpg jdp-st-lizier-2-21.jpg jdp-st-lizier-2-25.jpg jdp-st-lizier-2-19.jpg

                                       jdp-st-lizier-3-4.jpg jdp-st-lizier-3-5.jpg jdp-st-lizier-2-26.jpg

                                                       jdp-st-lizier-3-8.jpg jdp-st-lizier-3-6.jpg

         Le cloître qui s’élève sur 2 nivaux, les chapiteaux, pour la majorité, finement sculptés de décors tels que tresses, vannerie feuilles, animaux, etc. . A l’étage des peintures du XIVe

                                                 jdp-st-lizier-2-14.jpg jdp-st-lizier-2-1.jpg jdp-st-lizier-2-6.jpg

                                      jdp-st-lizier-2-4.jpg jdp-st-lizier-2-5.jpg jdp-st-lizier-2-9.jpg

                                           jdp-st-lizier-2-10.jpg jdp-st-lizier-2-15.jpg jdp-st-lizier-2-7.jpg

                                      jdp-st-lizier-2-3.jpg jdp-st-lizier-2-2.jpg jdp-st-lizier-2-17.jpg

       Sur la place du village une jolie demeure à pans de bois du XVIe, les cadres des fenêtres sont sculptés. Au fil de la promenade on découvrira les ruelles escarpées, de jolies demeures, la porte du carillonneur, c’est aussi un passage obligé sur la route de Compostelle.

                                                jdp-st-lizier-1.jpg jdp-st-lizier-5.jpg jdp-st-lizier-4.jpg

                                  jdp-st-lizier-6.jpg jdp-st-lizier-26.jpg jdp-st-lizier-24.jpg jdp-st-lizier-25.jpg jdp-st-lizier-62.jpg

                                         jdp-st-lizier-70.jpg jdp-st-lizier-66.jpg jdp-st-lizier.jpg

        Finalement nous arriverons dans l’enceinte du palais des évêques avec un passage par Notre Dame de la Sède, ses peintures du XVe qui couvrent les murs, les boiseries, les stalles. Il ne reste rien de la construction d’origine, peut être quelques sculptures.

                                  jdp-st-lizier-28.jpg jdp-st-lizier-46.jpg jdp-st-lizier-48.jpg jdp-st-lizier-44.jpg

                                            jdp-st-lizier-43.jpg jdp-st-lizier-37.jpg jdp-st-lizier-36.jpg jdp-st-lizier-35.jpg

                                       jdp-st-lizier-39.jpg jdp-st-lizier-42.jpg jdp-st-lizier-38.jpg

        Puis l’hôpital St Jacques, fondé en 1586 qui accueillait les pèlerins, les malades du diocèse et les nécessiteux. Après 1801 et jusqu’en 1968, cela devient un établissement orienté vers l’accueil et le soin des aliénés. Après la fermeture de cet établissement les malades seront transférés à la clinique psychothérapique de Rozes.

                                                      jdp-st-lizier-51.jpg jdp-st-lizier-50.jpg

        Sur les hauteurs de la ville ND du Marsan, elle est fermée le jour de notre passage, elle domine la chaîne des Pyrénées et nous offre un magnifique point de vue.  

                                       saint-liziers-sur-les-hauteurs-1-1.jpg st-lizier-nd-du-marsan.jpg saint-liziers-sur-les-hauteurs-2.jpg

        A noter que l’ancienne cathédrale et son cloître, la cathédrale ND de la Sède, l’ancien palais épiscopal et les remparts sont classés au Patrimoine mondial de l’UNESCO, dans le cadre des chemins de Compostelle.

         Cazavet, nous y faisons une halte car ce que nous voyons de la route est sympa, un cours d’eau, des ponts, des fleurs, il ne nous en faut pas plus pour faire une halte, nous sommes à 5 kms de notre camp de base. Dans ce petit village (216 habitants) se trouve l’intersection du 43 ieme // nord et du 1 er méridien à l’est de Greenwich. Sur le territoire de la commune il y a également 3 grottes (Cazavet, Fourquier, Haîtou) mais aussi un gouffre (-200m) et également une carrière de marbre, bon GG la prochaine fois on pique nique sur le bord de l’eau et on visite.

                                              cazavet-1.jpg cazavet-6.jpg cazavet-5.jpg

                                                       cazavet-8.jpg cazavet-4.jpg

        Le lac de Bethmale est situé à une quinzaine de kilomètre de St Giron et à 1074 m d’altitude. Une légende raconte « Il y a très longtemps vivait cachée, au lac de Bethmale, une méchante sorcière qui prise au piège, sauta dans le lac en jurant qu’elle ne disparaitrait jamais. Depuis, sa robe bleu vert, restée au fond, donne au lac ses reflets si particuliers ». Et c’est vrai que les couleurs de cet immense miroir enchantent par les images qu’il nous renvoie. A l’entrée un barrage déversoir puis un sentier accessible à tous fait le tour, des hauteurs on peut voir les bulles que fait l’eau en remontant des griffons. A chaque pas on découvre de nouvelles beautés, arbres difformes, fleurs, champignons. Une belle ballade reposante, mais que ce paysage doit être magnifique avec les couleurs de l’automne !

                       lac-de-bethmale-13.jpg lac-de-bethmale-4.jpg lac-de-bethmale-7.jpg lac-de-bethmale-8.jpg

                       lac-de-bethmale-9.jpg lac-de-bethmale-20.jpg lac-de-bethmale-22.jpg lac-de-bethmale-24.jpg

                                                     lac-de-bethmale-16.jpg lac-de-bethmale-25.jpg

                      lac-de-bethmale-32.jpg lac-de-bethmale-31.jpg lac-de-bethmale-12.jpg lac-de-bethmale-33.jpg

        L’étang de Lers et la route vers Aulus les bains. L’étang se trouve dans une cuvette, il reflète l’image du mont Béa, c’est le domaine des vaches blanches « les Gasconnes » mais c’est le royaume des parapentes, il y en a des dizaines qui survolent ce lac et les massifs. La route qui redescent vers Aulus les bains est sympathique, de jolis points de vue.

                      route-de-l-etang-de-lers-1.jpg route-de-l-etang-de-lers-2.jpg route-de-l-etang-de-lers-7.jpg route-de-l-etang-de-lers-10.jpg

                                    route-de-l-etang-de-lers-12.jpg route-de-l-etang-de-lers-17.jpg route-de-l-etang-de-lers-25.jpg

          Salies du Salat, l’histoire de cette ville est fortement liée à la production de sel et au thermalisme. Les recherches montrent que cette production de sel se faisait par ébullition de l’eau. Cette production s’est arrêtée au haut empire pour une reprise au moyen âge jusqu’au XIIe, elle se situait probablement à l’emplacement de la fontaine salée. Le site est désaffecté depuis la fin de XX e .Le seul centre d'intérêt à mes yeux est les thermes, des bâtiments de style Egyptien bâtis en 1925 en remplacement des anciens thermes de 1855. Pour le reste de la visite de la ville, nous sommes restés sur notre faim. Une jolie maison à colombage, les ruines de l’église ND de la Pitié (Inscrite au MH en 1925) mais les commerces du centre ville sont tous, ou presque, fermés. Nous n’y avons pas trouvé un attrait particulier, les maisons ne sont pas mises en valeur même si ce sont des demeures très anciennes.

                              salies-du-salat-11.jpg salies-du-salat-1.jpg salies-du-salat-4.jpg salies-du-salat-5-1.jpg

                           salies-du-salat.jpg salies-du-salat-17.jpg salies-du-salat-14.jpg salies-du-salat-22.jpg

                                                   salies-du-salat-20.jpg salies-du-salat-18.jpg salies-du-salat-9.jpg

         Seix citée Gascogne sa devise est « Què soùn de Seich, cap de poùr » (Je suis de Seix, je n’ai pas peur), cette commune est frontalière avec l’Espagne. Si l’on osait, on retirerait toutes les autos, les panneaux, bref les repères de la vie de notre XXI e siècle sans toucher les constructions, les magasins, les commerces, le château qui domine le centre du village, afin de le comparer à celui qui existait il y a  quelques décennies, rien ne semble avoir changé, la place de l’allée et son monument aux morts, la place du village, l’église et son clocher mur (la façade est inscrite à l’inventaire supplémentaire des bâtiments historiques depuis le 27/04/1965), les ruelles, le petit pont qui enjambe le ruisseau d’Esbints…. Ha !! si, la passerelle sur le Salat qui ne résiste pas aux inondations, celle qui est en place est la troisième, les deux précédentes ont été emportées par les crues. J’ai trouvé ce village sympa, vivant, agréable avec beaucoup de charme.   

                             seix-1-1.jpg seix-1-2.jpg seix-1-7.jpg seix-3.jpg

                              seix-7.jpg seix-1-6.jpg seix-2.jpg seix-6.jpg

                                    seix-9.jpg seix-5.jpg seix-1-4.jpg seix-1-5.jpg

       Lorp-Sentaraille, nous y sommes passés dans le cadre de le journée du patrimoine, pour la visite du musée Aristide Berges qui est inscrit au titre des monuments historiques le 02/10/2007. Tout l’art de la fabrication du papier dans le temps. 120 machines et outils sont exposés dans ces anciens ateliers avec des panneaux pour les informations à chaque machine. On nous fera une démonstration offset. La visite est très intéressante, mais photos interdites. Cette papeterie est installée dans ce moulin de Lorp-Sentaraille sur le bord de la rivière Le Salat.

                        jdp-sentaraille-3.jpg jdp-sentaraille-2.jpg jdp-sentaraille-1.jpg jdp-sentaraille-4.jpg

       Vals et son église rupestre. De loin cette étrange construction ressemble plus à un château qu’à une église. Le village est très tranquille, on arrive au pied de cet édifice, cherchant l’entrée. Et voilà une faille naturelle dans la roche, un escalier de pierre qui monte entre les deux parois et nous voici dans une salle qui peut être la crypte ou la partie basse de l’église, c’est ce qui reste de la construction du X e , un baptistère assez massif enfoncé dans une alcôve, de très jolies fresques romanes décorent le plafond. Quelques marches plus haut nous arrivons dans la nef principale, très sobre mais avec de jolis vitraux et enfin un escalier de bois nous mène jusqu’à la chapelle St Michel XII e. La terrasse qui, dit on, nous offre un magnifique point de vue sur la chaine des Pyrénées est fermée.  

                                 vals-eglise-rupestre-3.jpg vals-eglise-rupestre-6.jpg vals-eglise-rupestre-26.jpg vals-eglise-rupestre-24.jpg vals-eglise-rupestre-15.jpg

                                          vals-eglise-rupestre-18.jpg vals-eglise-rupestre-19.jpg vals-eglise-rupestre-20.jpg vals-eglise-rupestre-21.jpg

                                    vals-eglise-rupestre-17.jpg vals-eglise-rupestre-9.jpg vals-eglise-rupestre-13.jpg vals-eglise-rupestre-12.jpg

                                                                 vals-eglise-rupestre-22.jpg vals-eglise-rupestre-25.jpg

          Le Mas d’Azil. Nous ne ferons un arrêt que sur le site de la grotte, un parking à l’entrée permet de stationner pour se rendre à pieds jusqu’à l’autre extrémité. C’est la seule grotte d’Europe qui peut être traversée en voiture. Une passerelle surplombe l’Arize, rivière qui a percé cette roche, au passage on peut voir la mise en lumière des cavités, sur le chemin on y fera une rencontre surprenante, un petit serpent. A la sortie une belle chute d’eau et son mécanisme de retenue.

                           le-mas-d-azil-1.jpg le-mas-d-azil-10.jpg le-mas-d-azil-13.jpg le-mas-d-azil-14.jpg

                           le-mas-d-azil-8.jpg le-mas-d-azil-16.jpg le-mas-d-azil-17.jpg le-mas-d-azil-21.jpg

                                                    le-mas-d-azil-34.jpg le-mas-d-azil-27.jpg le-mas-d-azil-26.jpg

          Mirepoix, c’est surtout son centre ville avec sa place des couverts et ses maisons à colombages. Ces couverts forment une immense galerie commerçante ouverte du coté de la place.  C’est ici que l’on retrouve les plus jolies demeures, la maison des consuls, anciennement « la maison de la justice seigneur », elle a également été hôtel de ville, tribunal, salle de conseil et prison. Typique par les 104 sculptures qui ornent l’ensemble de la boiserie. Mais toutes les maisons sur cette place ont leur cachet. On citera également la jolie peinture au plafond de notre restaurant, sous le couvert, elle représente la carte de l’Ariège. Sur cette place également une jolie halle, l’ancien évêché qui abrite maintenant la mairie. Cette mairie que le personnel nous a gentiment autorisé à visiter et qui est magnifique à l’intérieur. En se promenant il faut lever la tête pour admirer les enseignes pour certaines très sympathiques. Mirepoix était une ville forte, il reste donc la porte d’Aval, c’est la seule partie des fortifications qui subsistent. Le palais épiscopal, accolé à la cathédrale, c’est aujourd’hui le musée du patrimoine et de la tradition, grande bâtisse qui est, à mon avis, un peu austère. A l’origine petite église, elle s’est transformée, au cours des décennies, acquis la notoriété de cathédrale St Maurice, sa flèche de clocher immense, 60 m de hauteur, l’intérieur est agréable, une très jolie porte d’accès (comme elle est en restauration je me suis permis de prendre la photo réalisée par Florent Pécassou) Un orgue immense de 40 jeux construit par la manufacture de Link en 1891 et jamais restauré à ce jour. Bien sûr de belles peintures, des statuettes dorées, bref jolie pour le reste je laisse le soin aux spécialistes de s’exprimer.

     Lire le diaporama de Mirepoix

          Foix et son château monté sur un piton rocheux domine la ville et les environs, point de vue panoramique magnifique. Ses bases seraient du Xe. Solide place forte qui semble imprenable. La tour de l’Arget, couverte d’un toit d’ardoises, qui n’est pas ouverte au public serait la plus ancienne, puis la tour milieu accessible en passant par la boutique et la salle des gardes. Ses marches très usées et  recouvertes de bois, dans les diverses salles on découvrira armes et armures, puis le lit du roi Henry IV, et enfin la tour ronde, la plus grande et son point de vue plongeant sur le mont Fourcat et le pain de sucre. Bien sûr de toutes ces tours une jolie vue sur la ville de Foix.

        L’abbatiale st Volusien, c’était une abbaye qui, progressivement au fil des décennies, s’est transformée pour devenir abbatiale. Détruite en totalité par les guerres de religions, il ne resterait que le portail de l’ancienne église médiévale, elle fût reconstruite. Les orgues dont l’un construit par Fermis en 1869, fût restaurée en 1988 et 2007. Les stalles sculptées vers 1670 pour l’église St Saturnin de Toulouse sont très belles. Mais Foix c’est aussi la ville et ses maisons serrées les unes sur les autres avec les pontils qui relient les maisons d’un coté à l’autre des ruelles, une halle aux grain, de jolies maisons. Petite ville agréable.

     Lire le diaporama de Foix

        Escapade en Andorre. Nous ferons une première halte à Canillo pour voir l’église St Joan de Caselles (XIe) qui est classée monuments historiques depuis 2003. Clocher rectangulaire et son toit de bois, deux porches. A l’intérieur, une grille protège un retable du XVIe  le reste est simple.

         Puis la pause déjeuner se fera à Ordino, ravissante petite ville, l’église romane St Marti de la Cortinada.

        Et comme Andorre se trouve dans la chaîne des Pyrénées, le relief y est fortement montagneux nous retournerons sur le Pas de La Case par la route qui domine la vallée de Senteny. Là, de superbes paysages et points de vue. Mais l’Andorre c'est aussi les magasins alors en route pour le  shopping.

                           Andorre Andorre Andorre Andorre

                                         Andorre Andorre Andorre

                                              Andorre Andorre 1 Andorre

Andorre

         Nous n’aurons pas le loisir de prolonger cette belle ballade, nous devons rentrer précipitamment, mais nous reviendrons.

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 24/10/2014