Martinique

Martinique l'île aux fleurs

         La Martinique nous connaissions voilà près de 10 voyages que nous y faisons et toujours avec le même plaisir. Cette année encore, mais ce sera dans les conclusions, nous y avons pris beaucoup de plaisir

         Le départ le matin à l’aube pour éviter les encombrements de l’A86 aux heures les plus critiques, ce qui fait que nous sommes très tôt chez Eric pour y stationner notre véhicule. Le vol de Paris à Fort de France se fera sans encombre ni turbulence.

         A notre arrivée à l’aéroport nous sommes attendus par Renée Paule qui nous remettra les clés de notre appartement à St Anne. Voilà c'est ça aussi l'accueil et la confiance des Martiniquais. Bien sûr ici nous sommes connus, nous avons fait de nombreux séjours chez Sully,  mais Renée Paule c'était la première rencontre.

        Notre hébergement à St Anne, cette année c'est l'appartement, très joli, bien repeint que nous avons choisi, plus spacieux que les studios. Avec 3 chambres, une cuisine, salle de bain, la clim dans toutes les chambres mais surtout un beau balcon (ici c'est là que nous vivons) donnant sur la baie du Marin, le Rocher du Diamant, là ou chaque soir le soleil se couche, bref que du bonheur. Le matin nous aurons la compagnie des sucriers qui viendront terminer les miettes du petit déjeuner. Nous sommes dans le domaine de Belfond. Le soir de notre arrivée, nous dinernons au vieux Canari, bien sûr la cuisine est excellente et elle est Créole

2-baie-du-marin-1.jpg 2-diamant-du-gite.jpg m1-25.jpg st-anne-1.jpg 4-coucher-du-soleil-au-gite-7.jpg

        La Martinique l'île aux fleurs, Christophe Colomb y débarqua en 1502 le jour de la St Martin (c'est peut être pour cette raison que l'île se nomme Martinique). Il tomba sous son charme et la décrivit comme "la meilleure, la plus douce, la plus fertile et la plus charmante contrée qu'il y ait au monde" ce en quoi nous lui donnons raison. Le point culminant de l'île est le volcan "la Montagne Pelée" qui se dresse à 1397 m, ce volcan tristement célèbre par son éruption de 1902 qui est responsable de la mort de 30000 personnes et de la destruction de la ville de St Pierre qui était la capitale de cette île. C'est à partir du XVI ieme siècle (1635) que P. B. d' Esnambuc  y entreprend la construction du fort ST Pierre des milliers d'esclaves y sont amenés d'Afrique pour y travailler dans les plantations cacao, café, épices sont introduits dans les plantations, puis l'île va tomber sous la coupe Anglaise en 1762. La Martinique est restituée à la France par le traité d'Amiens en 1802. Bonaparte réinstaure l'esclavage. La Martinique est devenue département Français en 1946.

         Mais voilà nous venons nous y promener et profiter de l'hospitalité, du sourire, de l'amabilité  des locaux, des superbes paysages, bref pour voir et revoir. Alors en route.

Promenade 1: St Anne les salines et la savane des pétrifications

         Mais commençons par une première visite à St Anne petite station balnéaire le long de l'anse Caritan avec son marché coloré et ses commerçantes toujours aussi chaleureuses. De très agréables maisons, une belle place et de nombreux commerces ou les filles vont s'en donner à cœur joie, de petits restaurants. Cette petite ville située au sud de l’île, renommée pour sa qualité de vie, le tourisme y est présent sans être écrasant. C’est dans cette commune qu’il y a La plus jolie plage de Martinique la plage des salines bordée de cocotiers mais nous avons aussi la nôtre à la pointe des marins, calme, sauf le WE, mais idéale pour les touts petits.

  1-la-plage-de-st-anne-8.jpg 1-la-plage-de-st-anne-7.jpg 2-st-anne-coucher-du-soleil.jpg 2-st-anne.jpg 4-plage-des-salines-st-anne.jpg

         Mais St Anne c'est aussi les Salines, ses plages, son étang dans la mangrove, bien aménagé nous permet d'observer les poissons, crabes, oiseaux et la savane des pétrifications zone semi désertique, aride ou le soleil frappe fort, une promenade ici c'est sympa. L'accès en est réglementé, les voitures stationnent de plus en plus loin et c'est très bien mais ensuite la ballade est majestueuse, cela commence par un pont qui, à marée haute (même à marée basse), semble avoir été construit à coté du cours d'eau. On passe le pont et ensuite on se mouille les pieds voir plus pour passer, puis la promenade se poursuit avec les herbes rases et les quelques fleurs qui résistent à la température mais surtout d'imposants cactus. Nous irons jusqu'à la pointe Baham et nous reviendrons.  

                 4-salines-et-petrifications-st-anne-5.jpg 4-salines-et-petrifications-st-anne-8.jpg 4-salines-et-petrifications-st-anne-6.jpg 4-salines-et-petrifications-st-anne-17.jpg

                 4-salines-et-petrifications-st-anne-15.jpg 4-salines-et-petrifications-st-anne-16.jpg 4-salines-et-petrifications-st-anne-22.jpg 4-salines-et-petrifications-st-anne-35.jpg

Promenade 2 Le Vauclin - Presque île de la Caravelle 

          Le Vauclin est une ville principalement tournée vers la pêche, son port de pêche avec ses cabanes colorées et les pêcheurs qui vendent le fruit de leur travail (langoustes, chatrous). L’endroit est globalement agréable et sympathique.

                                                 1-le-port-du-vauclin-2.jpg 1-le-port-du-vauclin-3.jpg

          Mais le Vauclin c'est aussi la pointe Faula, c’est ici que nous avions nos habitudes de restaurant chez « Moirant » il nous faisait des langoustes grillées délicieuses, l’accueil était très chaleureux, puis la dernière année le restau a été repris, bon…., mais aujourd’hui il est fermé, nous avons trouvé que l’animations des « cabanes restau » avait bien baissé. Par contre le site est toujours aussi joli avec sa bande de sable qui se prolonge sur quelques centaines de mètres, sa barrière de corail et son eau à 30°C où nous ne pouvons pas résister à faire trempette, une ballade agréable, mais nous ne mangerons pas ici, dommage !!.

1-le-vauclin-pointe-fola-10.jpg 1-le-vauclin-pointe-fola.jpg m1-69.jpg 1-le-vauclin-pointe-fola-1.jpg m1-72.jpg

         Nous entrons sur la presqu’ile de la Caravelle et nous trouvons un restaurant à la sortie de Tartane, le personnel est " tip top", très sympa, mais bon pour la commande de glaces il faut un papier et un crayon, nous sommes 3! Autrement repas typique, nous sommes venus pour cela, et délicieux.

         La presque île de la Caravelle c'est la plage de Tartane et de l'anse l'Etang qui sont jolies, ses pêcheurs installés sur leurs petits étals. C'est aussi le château Dubuc construit vers 1740 que nous connaissons (sympa mais sans plus), nous y préférons la montée au phare et à la table d’orientation d’où le point de vue est exceptionnel sur la côte atlantique et les baies si nombreuses que nous ne pouvons pas toutes les citer, baie du Trésor, Grandjean, du Galion, cul de sac Tartane, ilet Ramville, etc…. Nous aurions aimé retourner à la distillerie / sucrerie du Galion, mais ce n'est pas encore la saison pour la récolte de la cane. Cette ballade est agréable, tranquille, sur un chemin  à travers la foret, bien sûr il y a aussi les fleurs.

                  1-presqu-ile-de-la-caravelle-12.jpg 1-presqu-ile-de-la-caravelle.jpg 1-presqu-ile-de-la-caravelle-10.jpg 1-presqu-ile-de-la-caravelle-8.jpg

                                                 1-presqu-ile-de-la-caravelle-6.jpg 1-presqu-ile-de-la-caravelle-5.jpg

Promenade 3: Trois îlets - Fort de France - Le Diamant

        Hé oui, nous qui avons déjà testé les embouteillages de F d F et les difficultés pour trouver une place de stationnement nous préférons déposer la voiture à Trois Ilets,  prendre le bateau et retour idem. Alors en attendant le bateau nous ferons une promenade sur le port.

                                                2-trois-ilets-1.jpg 2-trois-ilets-2.jpg  

         Cette commune est un des pôles touristique les plus importants de l’île nous y trouvons le village de la poterie mais sans grand intérêt, le coté typique que nous avons connu est devenu une annexe de la pointe du bout, touristes commerces, touristes commerces, touristes commerces …les seuls points intéressants sont la belle vue sur la mangrove en bout du village et la cabine téléphonique prise par les racines de l'arbre, puis le musée de la Pagerie, les 3 îlets étant la ville natale de Marie Josèphe Tascher de la Pagerie qui est devenue en 1796 Joséphine épouse de Napoléon Bonaparte, la pointe du Bout et son golf, sans grand intérêt pour les touristes que nous sommes et qui préférons vivre avec les Martiniquais

                                                   img-0973.jpg 7-village-poterie-1.jpg

          Mais voici la navette qui va nous permettre d’arriver tranquillement à Fort de France sans embouteillage et sans parking à payer, que du bonheur. La traversée se fera sous un soleil de plomb (dans les deux sens)

         Nous débarquons directement sur le port par la baie des Flamants c'est-à-dire à la porte de la ville. Le cœur de la ville bat autour de la place de "La Savane" bordée de se deux statues, l'une de Belain d'Esnambuc et l'autre de Joséphine décapitée depuis qu'il lui a été reprochée d'avoir intercédée auprès de Bonaparte pour restituer l'esclavage , les camelots, sous leur tente, y ont disparus, la place est magnifique propre et bordée de petits restaurants où nous mangerons ce midi, très agréable et accueillant. Sur les murailles du fort St Louis nous verrons de magnifiques iguanes.

                                2-fdf-et-les-pitons-du-carbet-1-1.jpg  2-fort-de-france.jpg 2-fdf-et-les-pitons-du-carbet-2.jpg

                                2-fdf-iguane-3.jpg 2-fdf-iguane-6.jpg 2-fdf-iguane-11.jpg

         Nous ferons cette ballade à pieds aux grés de notre instinct. Cette ville, Préfecture de la Martinique, est très riche en histoire. Les constructions ont conservés leur style mais pour la majorité elles ont été repeintes ce qui donne à la ville un aspect joyeux et agréable. De belles rues piétonnes ont été mises en place bordées de magasins en tous genres, mais F d F c'est aussi tous ces  marchés, poissons qui s’est considérablement réduit au fil du temps, il est loin le temps ou les pêcheurs vendaient leur pêche sur le trottoir, à la viande, Isambert le plus grand de Fort de France où l'on trouve légumes, fruits, le tout dans une foule bigarrée puis le marché des touristes où l’on trouve de tout, tissus, vêtements, rhum, épices, les filles ont profité un maximum de cet accueil pour visiter, aussi, les magasins, les commerçants sont accueillants, ils discutent et sont très avenants. Puis nous passerons par la bibliothèque Schœlcher avec son style si particulier, la cathédrale St Louis qui est en restauration donc pas de visite,  la préfecture de la Martinique  et sa très belle cour, le théâtre municipal qui était l'ancienne mairie.

        2-fort-de-france-4.jpg 2-fort-de-france-6.jpg 2-fort-de-france-7.jpg 2-fort-de-france-8.jpg 2-fort-de-france-20.jpg

           2-fort-de-france-15.jpg 2-fort-de-france-16.jpg 2-fort-de-france-12.jpg 2-fort-de-france-13-1.jpg

                       2-fort-de-france-22.jpg 2-fort-de-france-27.jpg 2-fort-de-france-33.jpg

                                     2-fort-de-france-35.jpg 2-fort-de-france-37.jpg

                       2-fort-de-france-38.jpg 2-fort-de-france-39.jpg 2-fort-de-france-43.jpg

         Ce qui nous a fait plaisir ce sont tous ces efforts pour améliorer le cadre de vie des habitants en conservant le style de la ville. En quelques années FdF s’est métamorphosée.

          Au retour nous ferons une halte pour voir le rocher du Diamant, Il est célèbre ce rocher planté sur la mer bleue émeraude, il a même été élevé au titre de navire de sa majesté par les Britanniques. Mais au Diamant il y a également une très jolie plage de sable blanc ombragée, la maison du bagnard aux couleurs vives construite par Médart Aribot, taciturne qui fut envoyé au bagne de Cayenne pour avoir sculpté la figurine du colonel Coppens. Il a passé plusieurs années à Cayenne dans des cachots minuscules. Il a été rapatrié à sa demande en 1953 après la fermeture du bagne en 1945. Le mémorial du cap 110 ou de l'Anse Caffard) édifié en 1998 en souvenir d'un bateau Négrier échoué le 08 avril 1830 et en hommage aux « Esclaves » qui ont participé au sauvetage des rescapés. François Dizac remarque les étranges manœuvres d'un navire au large du Diamant, la mer est déchainée et met en péril cette embarcation, Dizac fait des signaux qui ne seront pas vu ou qui n'auront pas voulu être vu, dans la soirée des cris déchirent la nuit, Dizac et un groupe d'esclaves de l'habitation se rendent sur les lieux, ils repêcheront 46 cadavres et sauveront 86 personnes. Et puis la ville, une petite ville riche d’histoire et de culture bien sûr mais également agréable avec sa très jolie plage de sable blanc.

           2-le-diamant-10.jpg m-2-77.jpg m-2-73.jpg 2-le-diamant-4.jpg

                           2-la-maison-du-bagnard-1.jpg 2-memorial-anse-caffard-6.jpg 2-memorial-anse-caffard-5.jpg

Promenade 4: En sortant des grandes routes jusqu'à Grand'rivière

         Nous emprunterons les routes de traverses pour rejoindre Fond St Denis en passant par Rivière Pilote, Ducos, S Joseph mais vers Gros Morne pour bifurquer vers Fond St Denis les routes sont bloquées en raison des pluies qui sont tombées les semaines précédentes, alors direction Morne des Esses puis Sainte Marie où nous connaissons un petit restau sympa "Le point de vue" on y mange bien, dans un cadre agréable. Puis nous prenons la route jusqu'à Macouba et de là nous rejoignons Grand' Rivière. Ce passage Macouba à Grand' Rivière est très joli il traverse les contreforts de la forêt tropicale avec toute sa démesure dans la végétation, on y traverse 2 ponts dont l’un est suspendu, un petit parking ou l'on va s'arrêter pour permettre la prise de quelques belles photos. Puis ce sera Grand' Rivière ou nous arrivons par les hauteurs avec un beau point de vue sur la ville. Ici c'est le "bout du monde", la route s'arrête, un chemin de randonnée rejoint l'anse Couleuvre, je ne me suis pas encore risqué mais pourquoi ne pas l'envisager. La proximité du volcan fait que le sable des plages est noir ainsi que le mur des maisons. Le port que nous avons connu, ou les pêcheurs prenaient d'énormes risques pour une bien maigre pêche, a été considérablement remanié afin que les pêcheurs soient plus en sécurité pour y entrer et sortir sur leur embarcation, c'est très bien. Cette petite ville est attachante. Mais l’hôtel restaurant chez Tante Arlette est à éviter, pas aimable et surtout pas accueillant contrairement à toutes les autres personnes que nous avons côtoyé.     

                                               m-3-28.jpg    

              3-route-macouba-grand-riviere-4.jpg 3-route-macouba-grand-riviere-8.jpg 3-route-macouba-grand-riviere-5.jpg 3-route-macouba-grand-riviere-6.jpg

       3-route-macouba-grand-riviere-9.jpg 3-route-macouba-grand-riviere-13.jpg m-3-10.jpg 3-grand-riviere-4.jpg 3-grand-riviere-3.jpg

             3-grand-riviere-11.jpg 3-grand-riviere-7.jpg m-3-72.jpg 3-grand-riviere-12.jpg

                                                3-grand-riviere-18.jpg 3-grand-riviere-1.jpg

Promenade 5: Le Marin et ballade dans les fonds marins

          La ville du marin est une petite ville tranquille qui vit au rythme de sa marina. La ville quand à elle est typique avec de beaux points du vue sur la baie.

                                            6-le-marin-11.jpg 6-le-marin-9.jpg  

         Embarquement dans le port du Marin dans l'Aquabulle à fond de verre, nous partons pour une jolie ballade sous marine. Aujourd'hui nous avons eu la chance de voir de très nombreux poissons, comme la sarde à queue jaune, la castagnole bleue et grise, le perroquet royal, le sergent major, les chirurgiens rayés et les bleus, puis les éponges et les coraux, les oursins…. enfin un régal pour les yeux, une ballade à ne pas éviter qui peut se faire de deux façons différentes, soit uniquement la vision ou la vision et la baignade. L'accueil par le patron est toujours aussi sympa et les matelots toujours autant d'humour. Puis à l'aller sur le site vers la Pointe Marin comme au retour on nous offre un verre de jus local, mais nous découvrons également la belle vue sur le Cul de sac du Marin, la pointe du Marin et le club Med et juste au dessus en forçant un petit peu on voit notre magnifique gite.

         4-le-marin-8.jpg 4-la-marin-6.jpg 4-vision-sous-marine-le-marin-4.jpg 4-vision-sous-marine-le-marin-7.jpg

         4-vision-sous-marine-le-marin-12.jpg 4-vision-sous-marine-le-marin-17.jpg 4-vision-sous-marine-le-marin-19.jpg 4-vision-sous-marine-le-marin-23.jpg

                                       m-4-70.jpg m-4-75.jpg

Promenade 6: St Pierre - Depaz - Fond St Denis - La foret tropicale - Eglise de Balata

          St Pierre ancienne capitale économique des Antilles Françaises, on la surnommait "le petit Paris des Antilles". Rayée de la carte le 08 mai 1902 lors de l'éruption de la montagne pelée. C'est aujourd'hui une petite ville tranquille (avec énormément de circulation) qui garde les stigmates de cette éruption, cette ville est classée ville d'art et d'histoire au patrimoine mondial de l'UNESCO. A la sortie de la ville en montant sur Le Prêcheur il y a deux petits parkings bien pratiques, nous y laisserons la voiture et en route pour la visite des ruines du théâtre construit à la fin du XVIII ième, les ruines de l'église et du fort, et bien sûr le cachot de Cyparis dont on dit que c'est le seul survivant de l'éruption de 1902, (mais d'après ce que nous pouvons lire ce n'est pas si sûr!!). Il fait bon (dans tous les sens du terme) se balader dans deux rues principales de la ville bordées des maisons ayant conservées les stigmates de l'éruption, d'autres qui ont été refaites dans le style et joliment arrangées, les petits magasins et bien sûr les restaurants qui bordent la plage de sable noir et cette mer calme et bleue où sont entassées des centaines d'épaves de navires. L'un d'eux à qui l'entrée du port avait été refusé par manque de place à mouillé au large ce qui lui a permis d'échapper à l'éruption, c'est le Belem superbe 3 mats. Nous nous installerons dans un petit restau de nos connaissances " Chez Lou" qui donne sur la plage, la cuisine Créole est bonne, l'accueil sympathique 

             5-st-pierre-1.jpg 5-st-pierre-3.jpg 5-st-pierre-6.jpg 5-st-pierre-13.jpg

             5-st-pierre-16.jpg 5-st-pierre-18.jpg 5-st-pierre-21.jpg 5-st-pierre-23.jpg

5-st-pierre.jpg

         Tout d'abord la découverte du rhum, les plantations de canne ayant été développées, les Français et les Anglais ont découvert vers le 17 ième siècle que l'on pouvait obtenir à partir du jus de canne une boisson fortement alcoolisée qui redonnait de la force aux esclaves. En 1694 JB Labat, Dominicain, a inventé l'alambic. Ces deux éléments rassemblés la production du rhum s'est considérablement développée. St Pierre était, avant l'éruption du volcan, le premier centre mondial de commerce du rhum. Le rhum agricole est une spécialité des Antilles Françaises, il est issu de la distillation du seul jus fermenté de la canne à sucre. En Martinique il y a de très nombreuses distilleries nous irons visiter Depaz à proximité de St Pierre sur les hauteurs face à la mer, au pied de la montagne Pelée. La récolte de la canne n'a pas encore commencée, la distillerie ne fonctionne pas mais la ballade dans cette distillerie est libre et très bien expliquée par des panneaux tout le long du circuit. Le site est très joli avec la maison du maître dans un immense parc, une roue à aube  qui permet l'alimentation en eau de la distillerie et ces colonnes à distiller, les cuves de fermentation en cuivre, les chaudières qui fonctionnent avec de la bagasse (fibre de canne broyée), un immense caoutchouc planté en 1960 qui mesure une vingtaine de mètres d'envergure, les cases à eau pour la récupération des eaux de pluie et un sympathique bar ou nous dégusterons un jus local tranquillement sous les arbres.

              5-depaz.jpg 5-depaz-7.jpg 5-depaz-4.jpg img-0763.jpg

                    5-depaz-15.jpg 5-depaz-16.jpg 5-depaz-9.jpg 5-depaz-3.jpg

           Fond St Denis est accrochée sur les flancs du piton Carbet, l'accès est possible par St Pierre une petite route sinueuse avec de très jolis paysages ou par le saut du Gendarme (belle cascade) et la route de la trace dans la forêt tropicale, fréquemment coupée par des éboulements lors des fortes pluies. C'est ici qu'est installé le poste d'observation de la montagne pelée. Il y a également une jolie église peinte de deux teintes de rose et finement décorée à l'intérieur et sur le parking une grotte de "Lourde" ainsi qu'un monument aux morts avec sa statue colorée  ainsi que les restes de l'ancien monument aux morts représentant le plus petit soldat de France (H 50 cm) (identifié sur la photo)  

                       saut-du-gendarme.jpg img-0823.jpg img-0824.jpg 5-fond-st-denis.jpg

                   5-fond-st-denis-7.jpg img-0796.jpg img-0796-copie.jpg 5-fond-st-denis-5.jpg

          Nous redescendons sur Fort de France par la route qui traverse la forêt tropicale dans toutes sa démesure.

                                                   img-0809.jpg img-0810.jpg

          En arrivant sur Balata, quartier de Fort de France, il y a une jolie église posée sur les hauteurs, cette église pour le moins surprenante est la réplique du sacré cœur de Montmartre, du parvis nous avons un joli point de vue sur Fort de France .

             img-0837.jpg img-0842.jpg 5-fort-de-france-1.jpg 5-fort-de-france-2.jpg

Promenade 7: Le Marin et les courses de Yoles - Cap Macré

          Les courses de Yoles rondes sont toujours très animées, celle qui se déroule au Marin n’échappe pas à la règle. Sur les 7 yoles prévues, 6 vont réussir à prendre le départ, le respect des horaires c'est une légende. Le public encourage son équipe préférée mais tous n’ont pas la même alors le brouhaha en Créole est stupéfiant. Une belle fête ou nous allons pouvoir assister à une démonstration de musique et de danse.

                 6-course-de-yoles-rondes-13.jpg 6-course-de-yoles-rondes-31.jpg 6-course-de-yoles-rondes-44.jpg 6-course-de-yoles-rondes-21.jpg

                                6-course-de-yoles-rondes-54.jpg 6-course-de-yoles-rondes-67.jpg 6-course-de-yoles-rondes-81.jpg

         L’après midi nous allons faire une ballade à la pointe Macrée, sur la route nous bifurquons vers le restaurant "Le rameau de Champfleury chez Louise" très bien, puis un tour sur la plage du cap très pentue avec de beaux rouleaux pour les amateurs de vagues, mais pas pour les enfants…..

                                6-cap-macre-1.jpg 6-cap-macre-4.jpg 6-cap-macre-12.jpg

Dernier jour

         Voici la dernière journée arrivée, c’est toujours un peu compliqué de quitter l’île, les problèmes de retour du véhicule, de circulation font que nous devons anticiper. Ce matin une ultime ballade à St Anne avant la préparation des valises et le grand nettoyage, puis nous irons en direction de Schœlcher ou nous connaissions un petit restau sympa sur la plage, le "Dauphin bleu" mais il et fermé ! Alors nous nous arrêtons dans un petit restau menu unique, très simple mais bon sur le bord de la plage. Puis direction l’aéroport pour rendre la voiture avant un vol vers la Guadeloupe.

         Conclusion : Tout d’abord notre hébergement, toujours aussi agréable. Cette année nous avons été reçu à l’aéroport par Renée Paule, l’appartement a été refait il est très agréable. Et elle s'est régulièrement informée de nos besoins, promenades, sur nos conditions de séjour en nous donnant quelques conseils. Bien sûr, je recommande cet hébergement (coordonnée ne seront données que sur demande). Nous avons trouvé cette année que l’île aux fleurs avait poursuivie les améliorations du réseau routier, elle est, dans sa grande majorité, devenue propre et coquette, les bords de route sont nettoyés, Fort de France a pris un grand coup de jeune, bref, la Martinique avance. Nous n'avons pas pu tout montrer à Martine alors au prochain voyage. Nous partirons avec des images plein la tête......

          1-50.jpg 1-15.jpg 1-31.jpg m-3-18.jpg m-3-22.jpg

 Et nous avons vu la Montagne Pelé découverte c'est un signe .............. alors  à suivre 

montagne-pelee.jpg

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. Huet Martine 21/02/2012

Merci pour ce merveilleux voyage, ton récit m'a attiré quelques larmes....de bonheur en repensant à ces trois inoubliables semaines que vous m'avez fait vivre, vous êtes des guides formidables, c'est un voyage qui restera gravé dans ma mémoire et que j'espère nous pourrons renouveler un jour.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 03/10/2014