Massif central et Camargue

Massif Central et escapade en Camargue         

           Voilà c'est la 9 mai et la semaine prochaine nous assumons notre statut de Grands Parents, alors nous décidons une petite ballade dans le massif central avec un petit détour vers la Camargue.

          Notre premier arrêt sera pour le Lac de Vassivière. Il est alimenté par une rivière "La Maulde" qui arrive du plateau des 1000 vaches, un système de galeries et de barrages capte et dévie plusieurs cours d'eau voisins pour alimenter cette réserve d'eau de 110 millions de m³ . Il est situé à une altitude de 650 m. La première mise en eau date de 1949. Ce lac artificiel alimente une centrale électrique, le barrage est situé à Auchaize, la prise d'eau est à port Crozat et la centrale est à Mazet. C'est à partir de 1970 que le lac fut aménagé en site touristique. Dans cet immense étendue d'eau, il y a une île avec tout ce dont les touristes ont besoin, l'accès se fait uniquement à pieds, un château se dresse en son centre, c'est l'ancien domaine de la famille Vassivière. C'est vrai que pour le tourisme, bateau, voile, plages, etc. ... c'est l'idéal, il est bordé par une jolie forêt. Nous en faisons le tour en voiture regrettant de ne pas avoir fait de halte dans les différents sites classés qui sont à proximité, pour le lac nous restons sur notre faim.

             

          Puis nous filons vers Uzerche, magnifique petite ville qui est construite sur un piton rocheux et qui domine une boucle de la Vézère, rivière qui est à ses pieds. Tout est dans le style mais un reproche pourrait être fait (comme dans pratiquement toutes ces villes) le stationnement des véhicules devant les monuments devrait être réglementé. Pour le reste de magnifiques tours, échauguettes, portes, église, fortifications (18 tours construites sous Pépin le Bref).... se laissent admirer. Uzerche est également appelée la perle du Limousin et c'est parfaitement mérité. Nous flânons dans cette petite ville le nez en l'air pour essayer de ne rien rater. La porte Bécharie, Hôtel Clédat, Les demeures de la rue Gentet dont une ex loge Maçonnique, puis une pause rafraichissement sur la parvis de l'abbaye saint Pierre. Au retour nous croisons l'escalier du lavoir, elles en avait du courage les lavandières.

                  

             

       Et pour cette fin de journée nous choisissons Brive la Gaillarde pour faire la pause de la nuit, bon c'est de ma faute je n'ai pas bien regardé sur internet le détail de ce qu'il y avait à visiter. Quelques belles maisons et monuments mais nous sommes déçus, la ville est très simple et en fin de compte peu de choses à voir, de plus tous les trottoirs sont jonchés de poubelles (sacs plastique qui sont plus ou moins éventrés) et l'odeur est assez répugnante. Nous peinons à trouver un restaurant qui ne soit pas dans une zone malodorante!! Voilà nous nous installons en terrasse du "De Corrèze". Bien, cuisine classique confit de canard "frites". Pour l'hôtel nous avions réservé par tel sur la route c'est une chaine donc no comment !

                   

                                       

         Le lendemain, nous suivons les conseils de JPP..... (Jean Pierre Pernaud) et nous partons à l'assaut de 3 villages pour lesquels il avait fait des reportages. Nous voici donc à Turenne (Turenne signifie hauteur) c'est un des villages qui bénéficient de l'appellation "Beaux villages de France". Cette citadelle domine ,depuis le IX ième siècle, la vallée et nous offre une vue exceptionnelle sur les monts d'Auvergne et le causse Corrézien. Elle a fait sa réputation internationale grâce au maréchal de Turenne. Nous laissons la voiture sur un parking à l'entrée de la ville, puis en route pour "escalader" ce magnifique village, nous faisons le tour en commençant par la collégiale ND de St Pantaléon, la porte de Mauriolle, la chapelle et le couvent des capucines aujourd'hui en cours de restauration, mais transformés en salle de réception. Puis, par les ruelles mal pavées. Les nombreuses demeures et hôtels particuliers avec tours et échauguettes qui sont au pied de la butte qui héberge le château. Toutes les demeures (ou presque) ont une couverture en ardoise, le site de Donzenac n'étant pas très loin ces ardoises sont peut être celles de Travassac, mais cela n'engage que moi. Le château qui fut démantelé lors du rattachement à la couronne de France, il ne reste que deux tours. La tour César (XIII) et la tour du trésor (XIV). L'accès à ce château, qui est privé, est payant mais la visite mérite bien les quelques Euros demandés à l'entrée. Une pente nous conduit, le long des remparts, jusqu'à la porte d'entrée du château. Dans le donjon, une porte basse nous donne l'accès à la salle du trésor, cette pièce est aménagée et est tout simplement magnifique, puis traversée du jardin fleuri et bien entretenu pour aller à la tour César, là "quelques marches" plus haut nous découvrons "toute l'Auvergne" (ou presque) Paysage magnifique, vue sur le jardin et la ville, il n'y a plus rien à dire, on regarde et on admire. Au retour dans le jardin il y a une petite maison qui fait "coin repas" mais surtout gite, on doit se régaler à passer une nuit dans ces lieux! http://www.turenne.fr/

                

             

               

                

            

          Puis ce sera Collonges la Rouge, village beaucoup plus facile d'accès, cela explique peut être la quantité de touristes présents sur le site et les commerces qui vendent...... n'importe quoi. La ville par elle même est jolie toute de grès rouge provenant du massif de l'Habitarelle. C'est un village blotti entre ses murs, deux portes subsistent. En flânant dans les ruelles on découvre de belles résidences, des tours, des échauguettes, l'église St Pierre, le castel Vassinhac, la maison de la sirène. Puis au détour d'une ruelle, une plaque rappelle que Maurice Biraud avait ses habitudes dans ce bourg ou il est enterré. Un reproche, oui bien sûr, pourquoi les commerçants prennent ils un malin plaisir à accrocher leurs articles ou des panneaux publicitaires sur des endroits que l'on aimerait admirer naturels!!

             

                 

           On fait une halte à Meyssac , pour trouver du pain, Meyssac c'est le chef lieu de canton des villages du midi Corrézien, mais nous ne ferons que passer, car je souhaitais faire une halte à Beaulieu sur Dordogne. La ville à une originalité (à mon sens) c'est d'être construite en cercle autour de l'église St Pierre (en cours de restauration) elle est célèbre pour son tympan à l'entrée ses bas reliefs sur les murs d'enceinte et à ses trésors. La Chapelle des pénitents, les pieds dans l'eau sur les bords de la Dordogne. Lors de notre promenade en ville nous avons emprunté une passerelles qui mène à un VVF et là nous avons pu admirer un pécheur à la truite en plein travail.

             

          

          Comme nous ne sommes pas très loin direction Arles et la Camargue. Oui je suis toujours à la recherche d'un chapeau et comme les Camarguais sont les seuls qui me plaisent en route. Arles, nous aimons cette ville et son ambiance, nous en avons déjà parlé lors de notre passage l'an passé pour les férias (voir: http://lammc.e-monsite.com/rubrique,la-camargue-et-les-ferias,682714.html). Nous avons pu voir que les travaux de restauration des arènes avancent à grands pas, elles sont très jolies ainsi avec leur parement blanc. Nous allons nous balader dans les ruelles à nous souvenir: dis tu te rappel .... ou dis tu as vu comme cela a changé!! hé oui. Puis le soir nous nous installons au restau Le café Van Gogh, le repas était bien, la daube de taureau est excellente mais attention ce restau ne prend pas la carte bleue et nous ne sommes pas prévenus !! Pour l'hôtel nous avions réserve par tel sur la route c'est aussi une chaine donc no comment ! Le lendemain matin nouveau tour en ville et là bien sûr je trouve un Camarguais dans le même magasin ou j'avais acheté le précédent. Arles, cette citée inscrite au patrimoine mondial de l'humanité, regroupe plus de 100 monuments classés alors il n'est pas possible de raconter cette ville pleine d'histoire en quelques lignes, pourquoi pas dans quelques temps un reportage spécifique sur la Camargue.

             

             

          En fin de matinée direction Les Saintes Maries de la Mer, site de légende, son rivage a accueillit, à l’aube de la chrétienté, Marie Jacobé, Marie Salomé et leur servante Sara, chrétiennes fuyant la Palestine sur une barque sans gouvernail. Si nous aimons Arles, nous adorons cette petite ville, et nous nous en sortons bien car dans 15 jours c'est la fête des Gitans et là, pour circuler, ce sera beaucoup plus dur. Tous les ans les 24/25 mai, Roms, Manouches, Tsiganes et Gitans arrivent des quatre coins du monde pour vénérer leur Sainte, Sara la Noire. Sur la route nous faisons une halte pour admirer les rizières qui sont en eau et commencent à verdir, puis pour regarder un poulain Camarguais qui a encore du mal à se tenir sur ses pattes. Les Saintes Maries de la Mer, ville, station balnéaire mais aussi lieu de pèlerinage, elle est construite autour de son église fortifiée (XI et XII) les ruelles sont si étroites que l'on ne circule pas en voiture dans la ville. Là nous passons par le centre prendre un "petite" glace Camarguaise (pourquoi petite ?!) et nous prenons le temps de flâner en ville puis sur les promenades qui bordent les plages. Au retour un détour par l'église. Elle domine le village et est visible à 10 km depuis l’intérieur des terres. C'est une véritable forteresse. Le toit est entouré d’un chemin de ronde qui servit de tour de guet, de nos jours, moyennant finance, il est possible de monter sur ce toit pour admirer la ville et la Camargue en générale. Le chœur est surmonté par un donjon qui renferme l’ancienne salle du corps de garde appelée « chapelle haute » c'est dans cette pièce que sont conservés les reliques des 2 Saintes (nous avons eu la chance de voir les châsses lors d'une précédente visite, mais c'était par pur accident) . Dans la crypte se trouve la statue de Sara revêtue de robes multicolores et de bijoux. A la sortie de l'église, miracle (ou pas) je tombe sur un magasin qui vend, lui aussi, des Camarguais. Bon je me laisse tenter, il faut amortir le voyage.

             

             

        

          Tranquillement en fin de journée nous prenons la direction de Mende via la corniche des Cévennes, tout le long de la route un joli point de vue, mais la route est aussi le terrain de jeu des motards, deux nous doublent en plein virage, ils sont couchés sur le coté, le troisième plus prudent attend........ malheureusement quelques kilomètres plus loin un de nos motard est dans le fossé la moto éclatée sur la route........Ensuite, nous poursuivrons notre route.

                             

          Nous voici à Mende ville qui est dans le Gévaudan, nous trouvons un petit hôtel sympa (demain matin, nous verrons que le petit déjeuner n'est pas moins sympa) donc à recommander Mimat'hôtel, il est sur les bords du Lot, endroit très tranquille et calme. Puis direction le centre ville pour une ballade à pieds, pas grand chose à voir, quelques belles maisons, le palais épiscopal qui est occupé par le conseil général , la cathédrale avec ses tours qui ne sont pas au même niveau, la statue de Urbain V, bon on nous avait prévenu. En fin de soirée après avoir cherché nous trouvons un restaurant qui, de l'extérieur, ne paye pas de mine "Les voûtes" Bien et sympa l'accès est surprenant mais ensuite le cadre est joli, une bonne soirée.

                              

                               

          Nous en parlions depuis quelques temps, nous sommes donc sur la route qui mène à une réserve de loups. Cette petite route D42 entre Mende et Marvejols est très jolie, les champs sont couverts de fleurs jaune (nous pensons aux genets, mais il y a tellement de sortes de cette fleurs).Mais la Lozère avec ses 13 habitants au Km² ne nous a pas permis d'avoir la bonne réponse. Puis nous voici à la porte de la réserve. Un site internet très bien fait http://www.loupsdugevaudan.com/theme/loups/. Les loups sont conservés dans un enclos sans mélanger les races, il y a des loups de Pologne, du Canada, de l'Arctique, de Sibérie et de Mongolie, chacun à sa morphologie propre. Notre guide nous explique très bien "les loups" la visite est très intéressante. Au dessus des enclos planent des rapaces, principalement des Milans qui sont aux aguets pour piquer la nourritures de loups. C'est en 1961 que G. Ménatory récupère ses 2 premiers loups et qu'il les introduit dans sa réserve privée, en 1962 il ouvre la parc de St Lucie ou nous sommes. Puis un passage par le village de St Lucie qui est à 2 pas. Quelques maisons, un restaurant, des gites, ce village est en cours de restauration, il est très sympathique avec sa petite église, qui elle, est rénovée et meublée, bravo à l'association qui s'occupe du village. A la sortie du village, il y a toute une colonie de cerfs Elaphes, c'est sympa nous pouvons les approcher à quelques mètres.

              

                 

                   

                                                          

            Puis la traversée de l’Aubrac. Aubrac cette région ou il n'y a rien ou presque à des kilomètres à la ronde et pourtant, cette région est attirante cette route la D 900 qui démarre de Marvejols jusqu'à Albinals est magnifique. Les lacs, les troupeaux de vaches Aubrac, les prés sont couverts de fleurs de toutes couleurs, des cours d'eau, un pont à 3 arches sur la Bes (j'ai oublié le nom, mais nous n'en avons croisé qu'un !!), la cascade du Deroc, on y accède par un petit chemin qui sillonne à travers les prés, nous sommes restés en haut et, regret, nous aurions dû descendre, ce sera pour la prochaine fois. Bref nous y sommes passées, mais nous n'avions pas tout vu, et bien sûr nous y repasserons. L'Aubrac, le calme, les paysages, bref c'est sympa.

             

             

                             

          A Nasbinals nous obliquons dans la vallée de la haute Truyère, et suivons un orage sur quelques kilomètres, se sera nos seules gouttes de pluie du voyage, mais si nous avions été sous l'orage, nous n'aurions plus parlé de gouttes mais de seaux !! quelques photos du viaduc de Garabit, une très belle construction de Gustave Eiffel , Chaudes Aigue mais nous ne ferons que passer. Puis un arrêt à St Flour pour une ballade dans la ville haute. L'arrivée sur cette ville donne bonne impression, mais l'arrêt fût bref, nous n'avons pas été emballé par la couleur grisâtre des maisons, devant les monuments il y a des travaux, de chapiteaux, enfin rien qui nous ai donné l'envie de rester la soirée dans cette ville.

                            

                            

                        

                                     

         Alors on reprend la voiture et direction Super Besse, là coup de chance , un hôtel ouvert, le Gergovia, et une chambre libre alors on prend. Ce soir c'est une soirée spéciale à l'hôtel, il est complet avec des groupes qui sont en villégiature, le repas est unique c'est une truffade des Buronniers, excellent mais bon le diabète va en prendre un coup, les patrons, serveuses, cuisinier, tout le monde est très sympathique, ils me proposent d'aménager le menu afin que demain la piqure ne soit pas trop douloureuse. Devant le nombre de personnes à servir c'est un accueil qui mérite la mention très bien. Notre chambre donne sur la montagne, nous allons passer une bonne nuit.

                                               

          Le matin, nous redescendons sur Besse en Chandesse bourg médiéval typique avec ses ruelles étroites, bordées de belles demeures et leurs collections de portes surmontées d'écussons ou de parements, des fortifications, un beffroi carré, la maison de la reine Margot transformée en musée du ski, l'église St André avec son clocher octogonal et sa vierge noire, le manoir St Marie etc. ... bref un village agréable à découvrir.

                        

                          

         Hier soir au restaurant une personne nous a parlé de la visite des fontaines pétrifiantes à St Nectaire, nous y ferons une halte voir le site internet qui est très intéressant http://www.fontaines-petrifiantes.fr/ .Voilà 7 générations qui se succèdent dans cette exploitation ou l'on contraint les eaux issues du sous sol à déposer leur carbonate de calcium sur des objets, des moules, le résultat est impressionnant de finesse et de détails.

               

          Nous reprenons la route à travers l'Auvergne et ses magnifiques paysages avant de nous arrêter à Aubusson ou nous ne visiterons qu'une tapisserie. Les tapisseries 'Aubusson sont inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO. Nous nous arrêtons dans la manufacture de tapis et tapisseries St Jean. Le métier demande d'être très méticuleux et attentif, on commence par réaliser un modèle à l'envers que l'on appellera carton, puis viendra le choix des laines et des couleurs, le choix des moyens suivant ce que l'on veut le métier à tisser est différent : métier de basse lisse, de haute lisse ou piqué à l'aiguille, mais je dois en oublier. Dans cet atelier tout se fait à la main, il faut parfois plusieurs mois pour réaliser un tapis ou une tapisserie en travaillant à plusieurs personnes et cela 8 h par jour. Nous avons admiré la dextérité de ces ouvriers le résultat est à la hauteur de leur qualité.

               

         Puis ce soir nous nous arrêterons dans un petit hôtel sympa, chambres mansardées, nous avons l'impression de connaitre, sommes nous déjà passés ?? Je crois que oui nous sommes chez nous!

    

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire