De Roques au Mans

De Roques au Mans en passant par Ré

              C'est aujourd'hui le mercredi 27 Janvier. Nous sommes indécis, compte tenu des prévisions météo, pour nous engager sur la route de Toulouse. Enfin nous décidons de partir le matin du 28. Départ avec le brouillard (et quel brouillard visibilité 100 m maxi) qui va nous accompagner jusqu'à Montauban, nous aurons également de la neige de Limoges à Brive puis de la pluie jusqu'à Toulouse, mais l'épopée ne se résume pas à cela car avant Orléans une annonce sur 107,7 « l'autoroute est fermée à partir de Châteauroux ». Alors, pas de panique, nous partons vers Bordeaux. Arrivé à Poitier nous coupons en direction de Limoges mais comme rien ne va, la route est bloquée avant Montmorillon ,nous restons moteur coupé un bon quart d'heure ma patience ayant des limites je fais demi tour et j'empreinte tous les chemins pour contourner ce bouchon et rejoindre la nationale qui va nous emmener vers Limoges...merci « Charlotte, c'est comme cela que j'appelle mon GPS ».... Puis neige de Limoges à Montauban et ensuite pluie jusqu'à Toulouse !! Tous ces petits soucis passés nous arrivons à Roques à 18h30 bon 9h30 pour faire 700 Kms on peut faire mieux.


            Le vendredi ne s'annonce pas mieux il « bruine » et c'est couvert alors une pose à Roque sur Garonne ou nous allons faire un tour sur le bord du fleuve, le village n'a pas trop changé mais les environs c'est inimaginable des centaines de commerces !!! Nous restons sur Roque, notre ballade nous conduit sur les bords de la Garonne « le Ramier » ou nous faisons la connaissance d'un superbe oiseau, puis retour par l'église St Martin (fermée comme toutes les églises en France !!) et par l'avenue V. Auriol et ses petites maisons basses qui bordent le fleuve.

    
            Histoire : Roques a été une halte fluviale jusqu'au début du XIX° siècle. Les bateliers halaient leurs barques à fond plat à partir de la rive gauche de la Garonne. En outre, le plan de Roques dressé en 1812 montre l'existence de deux bacs aux extrémités du village. On trouve mention de Roques dans la châtellenie de Muret au XII° siècle et, dès lors, l'histoire du village est liée à celle du Comité de Comminges et aux avatars de son rattachement à la couronne de France. 
         Samedi 30 le temps est couvert mais sans plus, nous allons manger au restau puis jusqu'à Toulouse au cimetière avec Jacques
         Dimanche 31 très belle journée il fait froid mais le soleil donne. Le matin nous allons jusqu'à Muret, Promenade dans le centre ville qui est très joli avec ses maisons anciennes sur le bord de la Garonne, une belle église ouverte c'est normal c'est dimanche ...puis l'après midi je propose une ballade jusqu'à Durfort à coté de Revel, petite citée de dinandier. Ce village est situé à la limite du Tarn et de la haute Garonne dans la vallée de le Vidourle, tout le village semble concentré autour de la place ou trône une fontaine de l'an 832 (environ !) charmant et reposant mais très joli et vaut le détour moi j'aime .A l'arrière du village coule la Crespenou.

  


           Lundi toujours très beau nous partons faire quelques courses, cassoulet oblige, et mise en garde pour les novices des caisses automatiques ..... après avoir retiré le ticket de caisse ne pas oublier la carte bleue (hein mamie si non peur également bleue, les grandes surfaces devraient mettre une sécurité si tu ne retires pas ta carte tu ne sors pas) Puis l'après midi un tour à Toulouse stationnement place du Capitole oblige mais deux fois le tour de la place avant de voir l'entrée.
            Toulouse dite la ville rose pour ses constructions en briques rouge ou également la cité des violettes. Cette très ancienne cité compte de très nombreux monuments mais à mon sens certaines constructions ne sont pas assez préservées, dès que l'on quitte la place du Capitole les maisons et les monuments (pas tous, mais en majorité) ne sont pas correctement entretenus. Sur le site AZF un Cancéropole est en cours de construction (centre de recherche et de soins). Nous visitons la Basilique St Sernin, l'église des Jacobins avec sa nef à piliers centraux en forme de palmiers, l'hôtel d'Assézat et flânons dans les ruelles de la ville rose et sur les bords de la Garonne..... Il faudrait plusieurs jours pour faire le tour complet de la ville et des monuments alors tranquillement nous rentrons (en passant par notre grande surface préférée récupérer notre CB !!)

 


           Mardi, nous avions envisagé un petit tour par l'Ardèche mais le temps ne s'y prête pas et nos amis nous déconseillent de monter ils sont bloqués par la neige et le verglas alors direction l'ile de Ré ou "Lionel" doit nous attendre...... pour nous simplifier la tache nous demandons à Charlotte de nous conduire. En cours de route petit besoin donc on bifurque dans un chemin forestier et au moment de repartir notre « copilote » nous informe que tout droit c'est OK, bien bien ...... 12 kms dans le sable et les trous à travers la foret mais au moins on a vu de belles choses dont une superbe biche pratiquement sur notre capot. Ce petit détour nous oblige à passer un coup sur la voiture qui est couverte de sable des roues au pavillon ......
L'Ile de Ré sympa mais dur dur pour trouver un hébergement (Pas de pub pour l'hôtel que nous avons trouvé, non qu'il soit moche, bien au contraire !!!. Là nous faisons le tour de l'ile, grimpette au phare des baleines (ne parlons pas du mal aux cuisses le sur lendemain) à trousse chemise sur la plage ou l'on aurait pu ramener des tonnes de galets, puis pas d'hésitation Arce, St Martin, un couché de soleil vers le Bois-plage et retour à l'hôtel, une très bonne journée départ vers 9h30 retour à 19h00. Cette ile est sympa pour s'y balader et prendre l'air nous en avons bien profité.

  


            Mercredi direction Le Mans un petit détour par Auvert sur Montfaucon et Crane en Champagne ou nous taillons la bavette avec la Châtelaine (excusez du peu). Puis Le Mans Ville d'Art et cité historique, mais surtout ville de souvenirs.

Histoire: Le Mans est une place forte sous Rome, capitale des comtes du Maine, La vieille ville est bâtie sur un éperon rocheux qui aurait accueilli une ville fortifiée à l'époque gauloise. La cathédrale doit son nom à Julien qui a christianisé Le Mans au IVe siècle. La vielle ville dite « Cité Plantagenêt » avec ses maisons à pans de bois, de la fin du XIVe siècle pour les plus anciennes. Cette architecture est un héritage des Gaulois qui utilisaient les mêmes techniques est superbement conservée. Parmi les événements majeurs, on peut citer la naissance au palais et le baptême à la cathédrale de Geoffroi, qui sera le fondateur de la dynastie ; son mariage à la cathédrale avec Mathilde, héritière du royaume d'Angleterre ; la naissance et le baptême d'Henri, futur Henri II, roi d'Angleterre ; sans oublier la reine Bérengère, veuve de Richard Cœur de Lion, qui a vécu ses dernières années ici. Le tunnel a été percé de 1870 à 1877. Il joint la place des Jacobins au pont Yssoir. La visite de la cathédrale s'impose puis un petit tour par la rue du Levant et par le jardin des plantes là, souvenir souvenir.

 

Histoire: André Alphand, créateur du parc Monceau, des Buttes-Chaumont et du parc Montsouris à Paris, a dessiné les plans de ces lieux réalisés entre 1867 et 1870. Ils sont composés de deux jardins, un français et un anglais, et d'une superbe roseraie dominée par une terrasse plantée de tilleuls. Un petit tunnel de pierre permet d'atteindre l'autre partie du jardin paysagé qui entoure un vaste bassin. Un kiosque à musique, en cohérence historique avec l'époque de réalisation du reste du parc, a été ajouté en 2004 (normal que je ne m'en souvenais pas).

 

 

 

Comme tout à une fin, jeudi route du retour en passant par Lombron petit détour sur a tombe de Pepère et par Connerré ou nous faisons le plein de rillettes


          Pour la suite pas de panique c'est une autre histoire, nous parlerons surement de l'Italie, Rome Naples et surement d'autres destinations

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire